Une plantation de wengé à Kinshasa

La volonté des organisateurs du Cenobeats Festival est clairement affichée : limiter autant que possible leur empreinte sur l’environnement. Arriver à zéro émissions n’étant toutefois pas possible, ceux-ci ont donc eu l’idée de les compenser d’une manière originale

« Nous espérons récolter suffisamment de bénéfices pour compenser notre impact sur l’environnement par la plantation d’arbres qui vont stocker du carbone », explique Simon Lhoest, président de l’ASBL CenoBeats. Les arbres seront ainsi plantés sur le campus de l’université de Kinshasa (République Démocratique du Congo), une ville touchée par un rayon de déforestation de 100 kilomètres.

« Nous avons des liens avec cette université grâce à notre travail à la Faculté de Gembloux. Cela nous permettra d’avoir un véritable suivi sur ce que deviendra cette plantation puisque des étudiants pourront se rendre sur place », ajoute Simon Lhoest qui précise que l’espèce d’arbre choisie est le wengé. « Si nous avons choisi cette essence, c’est parce qu’elle est particulièrement adaptée à notre projet. Le wengé présente, en effet, un certain intérêt pour les villageois. Ils peuvent se chauffer avec le bois produit, mais aussi manger une espèce de chenille qui y vit ».

À l’occasion de cette première édition, les organisateurs espèrent planter au minimum 350 arbres. « Mais si nous pouvons faire plus, nous le ferons », assure Estelle. Pour ceux qui ne seraient pas férus de musique électronique, mais qui souhaitent tout de même soutenir le projet, il sera également possible de contribuer financièrement à la plantation.