Opéré, l’athlète dourois Jean-Baptiste Nutte l’assure: «Je reviendrai plus fort!»

Il reste optimiste.
Il reste optimiste. - E.Co.

C’est sûr, Jean-Baptiste n’a pas vraiment la baraka. Privé de compétition de haut niveau depuis un an, le Dourois avait pris plaisir à regagner Clermont-Ferrand, le week-end dernier pour participer à l’heptathlon X-Athletics auquel il avait pris part en 2020. Le meeting français l’avait inspiré puisque Nutte avait signé un total de 5.520 points, à 30 unités de son record personnel de 2019 à Gand.

Il était en tête…

Les choses avaient pris une bonne tournure, lors de la première journée clermontoise, l’athlète de la Machine à Feu terminant en tête du classement provisoire face à des décathloniens du niveau mondial. À la clé, un record personnel en longueur (7m41) et un jet à 15m09 au poids, à deux centimètres de sa meilleure marque. « Je visais aussi mon record personnel en hauteur qui est de 2m08 en extérieur et de 2m05 en salle », explique Jean-Baptiste Nutte, qui a franchi une barre à 2m04 et tentait 2m07. C’est à ce moment-là que tout a basculé. « J’ai senti que mon tendon gauche avait lâché et j’ai dû tout arrêter, alors que tout se présentait sous les meilleurs auspices. J’ai eu quelques larmes, c’est vrai. Mais, très vite, j’ai gardé en tête ces bonnes sensations que j’avais connues, les résultats que j’avais réalisés. Je pense, malgré ma blessure, que je suis sorti grandi de cet X-Athletics, surtout quand je regarde mes résultats face au niveau des athlètes présents. J’ai très vite reçu des messages d’encouragements de la part de décathloniens internationaux, dont certains ont déjà connu la même mésaventure que moi. »

Jean-Baptiste Nutte a été très vite pris en main par les équipes de l’hôpital Delta (Chirec) à Bruxelles où il a été opéré avec succès ce lundi après-midi. « L’intervention a duré deux heures en tout. Je suis désormais plâtré au niveau de la jambe gauche. Il est vrai que la situation est un peu invalidante, avec les béquilles et le plâtre que je vais devoir garder pendant six semaines. Mon objectif est de revenir à mon niveau sportif dans six à douze mois, en fonction de l’évolution de la revalidation, bien entendu. »

Stages au printemps ?

Le décathlonien dourois n’est donc pas abattu et fait contre mauvaise fortune, bon cœur. « Je me dis que ce qui importe, c’est le résultat que j’ai réalisé à Clermont samedi dernier, des prestations très positives. J’étais très bien parti, avec une avance de 130 points sur mon record personnel (3.347 points). Les perspectives sont donc bonnes pour le futur. Je n’ai jamais connu de gros bobos physiques depuis mes débuts dans l’athlétisme. Tout au plus une fracture de stress au dos, une inflammation du tendon d’Achille, bref, des soucis qui ont été réglés. Je suis donc optimiste pour la suite. Je reviendrai plus fort, c’est certain. Je dois, par ailleurs, effectuer mes stages dans le cadre de mon master en éducation physique à l’UCL. Mes professeurs ont été très à l’écoute. Si tout va bien dans ma revalidation, je pourrais effectuer mes stages au printemps. »

Eric Cornu

Aussi en Sport régional