«J’ai parfois l’impression que je suis encore le seul à taper durement sur la table»

«J’ai parfois l’impression que je suis encore le seul à taper durement sur la table»

Comme nous le révélions hier, durant la réunion du Comité de concertation, Frank Vandenbroucke s’était « pris le bec » avec le Premier ministre Alexander De Croo (Open VLD) et le ministre-président flamand, Jan Jambon (N-VA). Pour le Ministre de la Santé, « on va beaucoup trop vite dans le déconfinement », notamment sur les jauges et les grands festivals.

Le ministre de la Santé avait même donné cette image à Alexander De Croo : « C’est comme si je montais dans votre voiture et que vous rouliez à 150 km/h, alors je mettrais ma ceinture de sécurité ».

Invité sur le plateau de la RTBF au JT de 13h ce mercredi 12 mai, Frank Vandenbroucke a tenu à mettre les choses au clair, près de 24 heures après ce Codeco explosif. « Je crois que le plan est ambitieux, à juste titre. Et je crois qu’il faut vraiment retrouver une vie normale étape par étape », a-t-il dit sur les décisions finalement prises par les autorités.

Pas de démission

Concernant son absence à la conférence de presse, Frank Vandenbroucke tient à préciser qu’il n’était « pas fâché ». Il a, à nouveau, affirmé que cette absence était due à une autre réunion en Commission de la santé publique, qui avait pourtant été annulée. Certains parlaient même d’une démission. « Non. Je suis là pour défendre les intérêts du secteur des soins de santé. Il faut quand même une personne dans le Codeco qui défend les intérêts des soins de santé. Et donc, je vais rester là. Soyons clairs. Mais je crois que la difficulté, c’est de trouver un équilibre entre, d’un côté ce souci de retrouver la liberté et la vie normale, et d’un autre côté retrouver une vie normale dans les hôpitaux », explique-t-il. Frank Vandenbroucke affirme être « le seul à encore taper durement sur la table pour cela », et il compte bien « continuer à le faire » !

« Je ne vais pas abandonner le personnel des hôpitaux »

Sur le plateau de la VRT, il a encore réaffirmé sa position : « Il doit bien y avoir une personne au sein du Comité de concertation qui défend les intérêts des soins de santé et qui prend à cœur les préoccupations des dizaines de milliers de personnes qui travaillent dans ce secteur », dit-il. « J’ai parfois l’impression que je suis encore le seul à taper durement sur la table pour cela et je vais continuer à le faire. Je ne vais pas abandonner le personnel des hôpitaux. C’est encore extrêmement difficile dans les hôpitaux aujourd’hui. »

Interpellé par les soignants, qui lui ont envoyé une lettre et menacé d’actions fortes s’il n’y répondait pas, le Ministre fédéral de la Santé a aussi réagi chez nos confrères de la RTBF : « Je comprends bien que les infirmiers soient à bout. Cela fait 16 mois qu’ils sont au front. Mais on a pris des mesures. Il y a notamment le Fonds Blouses blanches. On parle de 400 millions d’euros qui vont permettre d’embaucher du personnel supplémentaire. Et pour être très précis, pour l’année 2021, la priorité du fonds, c’est d’embaucher un équivalent temps plein supplémentaire par unité de soins, ce qui permettra de faire sortir l’infirmière en chef du cadre normatif », a expliqué le Ministre de la Santé avant de préciser qu’un accord en vue de revalorisations salariales pour le personnel infirmier était sur le point de voir le jour : « On est en train de finaliser les négociations là-dessus. Nous allons investir 600 millions d’euros pour revaloriser les salaires. Cela devrait commencer dès juillet ».

Découvrez tous les chiffres du coronavirus dans votre commune (nouveaux cas, incidence et vaccination)

Recherchez votre commune en tapant le code postal ou le nom

Résultat(s) de votre recherche:
Notre sélection vidéo
Aussi en Belgique