La Strada entre autres remplacée par un marché couvert? C’est l’idée du MR louviérois

Le conseil communal louviérois l’avait annoncé fin avril : la Strada, c’est fini ! Passées les premières réactions, le moment est venu après 13 ans de rebondissements de se demander ce qu’il adviendra de la friche Boch. « Etant donné l’évolution des pôles commerciaux ces dernières années à Mons, Nivelles et Charleroi, il est évident que le shopping mall initialement prévu n’a plus lieu d’être à La Louvière », indique le MR louviérois. « Ce vaste terrain en centre-ville reste toutefois une opportunité certaine de développer un projet qui draine du monde dans les points Horeca et de retail des rues avoisinantes, qui plus est vu son accessibilité via les transports en commun. Notons aussi que les voiries créées pour le projet initial et financées par le FEDER doivent être conservées en l’état au risque de devoir rembourser les subsides octroyés (plusieurs millions sont en jeu). »

Partant de là, le parti propose de créer un projet mixte comprenant commerces, divertissement, associatif, espace de coworking, logements, « comme cela a été fait pour les anciennes papeteries de Genval par exemple ». « Nous devons créer un véritable lieu de vie, dont l’offre évoluerait au cours de la journée et de la semaine, pour répondre aux rythmes quotidiens d’un public varié. Une antenne médicale délocalisée ou polyclinique qui pourrait aussi y prendre place à la demande de nos hôpitaux du Centre. Et pourquoi ne pas y associer le projet de marché couvert en centre-ville que le MR louviérois défend depuis plusieurs années ? C'est l’occasion de créer un espace de restauration inventive, convivial, avec des stands à thèmes, et peut-être un micromarché nocturne le weekend ! De telles halles permettraient de mettre nos artisans locaux en valeur, et assurément d’attirer les chalands en centre-ville. »

L’idée d’y implanter un campus universitaire ou de formation semble quant à elle déjà bien loin compte tenu des politiques tenues à Mons et Charleroi dans ces domaines.

Relancer les discussions avec Wilhelm&Co ?

Pour le MR louviérois, il semble essentiel « de remettre la Ville et Wilhelm&Co autour de la table, d’analyser toutes les pistes de dialogue, afin de tenter de solutionner le problème à l'amiable dans l’intérêt des citoyens (car la facture risque d’être très lourde!). Privilégier le dialogue et tenter d’obtenir un consensus sur une résolution est le seul moyen d’éviter que les citoyens ne paient l’addition in fine. Au vu de l’évolution de la situation à ce jour, il est en effet fort probable que Wilhelm&Co entame une procédure judiciaire et obtienne un dédommagement, à tout le moins pour les études déjà entreprises et les frais encourus jusqu’ici. Notons qu’il s’agirait là d’une procédure judiciaire de plus pour la ville qui vient d’être condamnée à payer près de 534.000 euros pour l’expropriation non-payée du site de Royal Boch à la SA Services & Assets management qui avait repris la manufacture après la faillite. »

Néanmoins, le parti invite à rester pragmatique. « La probabilité est importante de voir l’affaire se terminer en justice, il nous semblerait opportun que la Ville provisionne à tout le moins le coût estimé d’un procès. »

Notre sélection vidéo
Aussi en L'ACTU DU CENTRE