180 dessins de presse exposés à l’abbaye de Stavelot

À l’occasion des 15 ans de la création de Cartooning for Peace (Paris), réseau international réunissant 225 dessinateurs, l’abbaye de Stavelot et l’association se sont réunies pour présenter une sélection de dessins de presse sur les grands sujets de société et la liberté d’expression : censure, droits des femmes et des minorités, urgences écologiques, migrations, pédophilie, etc. Avec humour et ironie, ode à la diversité et à la tolérance, en quelques traits, les dessins dénoncent, accusent et traduisent les préoccupations des citoyens.

À l’heure du numérique et à l’apogée des réseaux sociaux, les dessins de presse provoquent souvent des malentendus au grand dam de leurs auteurs à qui l’on peut prêter des opinions qui ne sont pas les leurs. « En Belgique on n’a aucun problème à exprimer quelque chose. La liberté d’expression existe mais on a souvent le problème des malentendus. c’est-à-dire qu’on cherche à ne pas comprendre quelque chose, à utiliser un dessin pour y aller de son avis, à faire des bad buzz. Le dessin de presse se prête très bien à ça. Vous publiez un dessin qui dit quelque chose sur un sujet, hop, tout le monde y va de son avis et plein de gens disent qu’on n’avait pas à toucher à ça. Alors qu’est ce que l’on fait la fois suivante ? Et bien on ne parle pas de ce sujet-là parce que ça risque de discuter trop, et pas celui-là, pas celui-là non plus… Au final c’est une atteinte à la liberté d’expression » explique Pierre Kroll co-commissaire de l’exposition. « Je crois que je suis surtout le régional de l’étape » rit-il. « J’ai regardé la sélection de dessins mais comme dessinateur je n’ai pas voulu me mêler de dire ceux qui sont bons ceux qui ne le sont pas, il y a beaucoup de choses que je n’ai pas voulu faire et donc je n’ai pas fait grand-chose. »

L’exposition est scindée en deux parties avec, d’une part près de 200 dessins de presse en divers formats et d’autre part une plongée dans le quotidien de ces dessinateurs issus des quatre coins du monde grâce à des biographies, des dessins, des sculptures, et une dizaine de capsules vidéo qui font découvrir leurs quotidiens, au-delà de leurs dessins.

« On passe notre temps à flirter avec la ligne rouge entre ce qu’on a le droit de faire et ce qu’on n’a pas le droit de faire. C’est ça le fil conducteur de cette exposition » précise Jean Plantu, l’un des fondateurs de Cartooning for Peace. « C’est pour parler de tous ces malentendus que l’on fait cette expo » explique-t-il en parlant d’intolérances inventées sur base de dessins.

Manuela Valentino est également co-commissaire de cette exposition qui rassemble des dessins d’une soixantaine d’auteurs des quatre coins du globe. Diverses conférences, en présence de Pierre Kroll ou encore Plantu, sont prévues en marge de l’exposition qui se tient du 11 juin au 6 mars 2022 à l’abbaye de Stavelot.

Prix de la visite : 7euros par personne.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Stavelot (prov. de Liège)
Notre sélection vidéo
Aussi en VERVIERS ET SA REGION