Thibaut Courtois est prêt pour une séance de tirs au but contre le Portugal

Thibaut Courtois est prêt pour une séance de tirs au but contre le Portugal
Photo News

Relativement épargné durant la phase de groupes (« Le plus dur est de rester concentré dans ces moments où tu n’as rien à faire »), si ce n’est en première période à Copenhague, Thibaut Courtois s’attend à être mis à contribution dimanche face au Portugal. Et surtout, face à Cristiano Ronaldo qu’il connaît très bien (10 buts encaissés en 9 matches !). « Pour préparer ce match, on regarde des images de ses tirs, ses coups francs, etc. On regarde où il aime frapper et se positionner sur les corners », précise le gardien des Diables rouges. « Grâce à cela, on peut essayer de deviner ses mouvements en match. Mais c’est l’un des plus grands joueurs de l’Histoire et il peut te surprendre à tout moment. » Tout comme ses partenaires qui essayeront de l’alimenter. « Il y a de « nouveaux joueurs » comme Jota, Joao Felix, Brunos Fernandes… On ne va tout dire maintenant devant la presse, mais le plus important sera d’éviter que Ronaldo reçoive des ballons. »

« J’avais touché des pigeons… »

Si ce huitième de finale se prolonge et connaît son épilogue après la séance de tirs au but, Cristiano Ronaldo sera évidemment un joueur difficile à arrêter. Mais Thibaut Courtois est prêt pour ce scénario. « J’ai reçu la liste des tireurs potentiels aujourd’hui (NDLR : vendredi). Il y en a une dizaine. Ronaldo évidemment mais aussi Bruno Fernandes et d’autres. Je regarde les quinze derniers penalties de la plupart d’entre eux. On en discute beaucoup avec Erwin (Lemmens, entraîneur des gardiens), Simon (Mignolet) et Matz (Sels) et on travaille toujours ça à la fin des séances. Mais il y a aussi une grande place laissée à l’intuition quand l’adversaire s’approche de vous. » Et s’il doit lui-même en tirer un ? « Il y a quelques années, j’en avais tiré un contre Arsenal lors du Community Shield et j’avais touché des pigeons (rires) », plaisante celui qui, aux yeux d’Antonio Conte, était pourtant l’un des meilleurs tireurs à Chelsea.

« C’est le money time pour nous »

Comme Lukaku, le gardien des Diables espère ne pas devoir aller jusqu’à cette terrible séance des tirs au but même s’il sait que le match risque d’être assez fermé. « Le Portugal est une équipe assez complète. C’est dommage qu’on les joue déjà maintenant mais c’est le tirage, c’est comme ça. On a la possibilité d’avoir un beau chemin et une belle victoire, comme celle face au Brésil en 2018. Je crois qu’eux aussi se disent qu’ils n’affrontent pas l’équipe la plus agréable. Ils connaissent nos qualités. Ils ont déjà eu l’occasion d’affronter la France et l’Allemagne donc je pense qu’ils sont prêts. » Tout comme Eden Hazard, son partenaire au Real Madrid, qu’on ne cesse de suivre avec un œil attentif dans cet Euro. « Quand je le vois aux entraînements, je sens qu’il est très proche de sa meilleure forme », explique-t-il, appuyé par Romelu Lukaku sur ce constat quelques minutes plus tard. « Les derniers mois n’ont pas été faciles pour lui. Mais maintenant, il dribble deux, trois joueurs à l’entraînement et quand il reçoit un coup, ce n’est pas grave pour lui. Il est mentalement très fort. Ce qu’il faut maintenant, c’est du rythme. C’est bien qu’il ait pu jouer beaucoup durant la phase de groupes. J’espère qu’il pourra être décisif contre le Portugal, mais le collectif doit être aussi important. »

L’expérience accumulée ces trois dernières années doit être un boost pour la Belgique selon Thibaut Courtois qui conclut : « Nous avons des joueurs qui ont désormais l’expérience de ces phases finales, qu’ils ont connues en Ligue des champions. On a vu en 2016 toute la joie de Ronaldo et le Portugal à l’Euro, on a vu ce que ça représentait pour un pays. C’est ce qu’il nous manque. C’est le money time pour nous. »

Tout le foot amateur et chez les jeunes

Aussi en Diables rouges