Déluge sur la Belgique ce mercredi: en trente minutes, l’eau a grimpé à Chênée

Vidéo
Sur la N61 à Chênée, à 18h30, 19h30 et 21h30
Sur la N61 à Chênée, à 18h30, 19h30 et 21h30 - Sudinfo

Pour faire face aux fortes intempéries qui se sont abattues sur la Belgique, la décision a été prise en milieu d’après-midi de lacher des eaux au barrage d’Eupen. Néanmoins, cela ne semble pas être suffisant dans la région Liégeoise. Pire, depuis cette ouverture, certains habitants voient le niveau de l’eau augmenter de manière inquiétante aux abords de leur habitation.

La situation à Limbourg, en région vérviétoise, sur le coup de 14 heures :

L’eau monte dans des quartiers jusque là épargnés

La commune de Chênée, à côté de Liège, au confluent entre la Vesdre et l’Ourthe, a vu l’eau grimper rapidement et était partiellement inondée.

« Nous voilà nous aussi sous eau dans notre commune de Chênée. Ce n’est que le début… Les voisins ont eux déserté », confient des habitants de la rue du Gravier à nos confrères de RTL en début de soirée, dans des quartiers où l’eau a bien envahi les rues.

Les barrages d’Eupen et de la Gileppe, qui arrivaient à saturation, ont été obligés de lâcher des eaux à partir de 17h. Et cela a fait monter la pression d’un cran. D’autres quartiers de Chênée, épargnés jusque-là, ont vu depuis l’eau tout doucement arriver dans leurs rues peu après 18 heures, comme sur la RN61 (photo d’illustration). Plus d’une heure plus tard, l’eau avait totalement envahi la rue et les habitants étaient priés d’évacuer.

Vers 21 heures, c’était un véritable torrent dans cette même rue, avec de l’eau qui continuait à monter...

Pour rappel, la province de Liège reste en alerte rouge pour de fortes précipitations encore jusqu’au milieu de la nuit.

Un véritable déluge : le bilan de cette journée

D’importantes précipitations s’abattent sur la Belgique depuis mardi. Les fortes pluies ont fait sortir de leur lit un grand nombre de cours d’eau en Wallonie, provoquant des inondations d’habitations et de voiries, des centaines d’interventions des pompiers, l’évacuation de certaines communes et de camps de mouvements de jeunesse, ainsi que des perturbations sur le rail.

La gouverneure faisant fonction de la province de Liège, Catherine Delcourt, a décidé mercredi par arrêté pris sur la base des recommandations du Centre régional de crise wallon et des différentes disciplines de secours et d’intervention, d’évacuer de façon préventive plusieurs habitations dans les communes de Limbourg, d’Eupen et de Baelen. En raison de la crue exceptionnelle de la Vesdre, le barrage d’Eupen ne sera pas en mesure de diminuer l’impact de celle-ci dans les heures à venir. La commune de Chaudfontaine a elle aussi décidé d’évacuer une partie de sa population.

Plus tôt dans la journée, la gouverneure avait activé une phase provinciale de gestion de crise, qui consiste à assurer la coordination stratégique des services de secours et des autorités locales. Les communes de Jalhay, Spa et Theux sont celles qui connaissent les plus grandes difficultés. D’autres communes sont également touchées, comme Esneux, Ferrières, Raeren ou encore Trooz. En outre, plusieurs nationales sont fermées à la circulation.

En province de Namur, la gouverneure faisant fonction Marie Muselle a également décidé d’activer une phase provinciale de crise. Rochefort, Couvin et Viroinval sont les plus touchées. Plus de 50 camps de mouvements de jeunesse qui se tenaient sur ces trois communes ont été évacués, tout comme plus de 20 camps sur l’ensemble des autres entités.

La Fédération des scouts est par ailleurs en train de contacter plus de 120 camps. Certains seront interrompus, d’autres repoussés, tandis que certains seront mis à l’abri le temps que les averses passent. Les Guides catholiques de Belgique ont également été forcées d’évacuer une dizaine de camps. La cellule de crise de la fédération est, de la même façon, occupée à prendre contact avec ses camps. Du côté néerlandophone, les Scouts et Guides de Flandre ont évacué une quinzaine de camps. FOS Open Scouting a également dû procéder à l’évacuation d’un certain nombre de camps alors que Jeugdbon voor Natuur a dû interrompre un camp à Tellin, en province du Luxembourg, et un autre à Wirtzfled, en province de Liège. Enfin, un groupe de KSA Vlaanderen a été entièrement évacué.

Le gouverneur de la province de Luxembourg a, à son tour, déclenché une phase provinciale de gestion de crise dans l’après-midi. Les nombreuses précipitations posent de gros soucis dans les régions de Famenne-Ardenne, Semois et Lesse. Certains villages dans cette zone sont très durement touchés et de nombreux axes routiers sont impraticables.

Dans le Limbourg, une phase provinciale n’a pas encore été déclenchée, mais la phase communale a été activée à Fourons, selon le gouverneur Jos Lantmeeters.

Les seuils d’alerte de crue sont atteints pour de nombreux cours d’eau en Wallonie. Lors du dernier bilan publié vers 16h00, les risques de crue et débordements concernaient principalement les rivières de l’Eau d’Heure, l’Eau blanche et l’Eau noire, la Basse et la Haute Lesse, la Lhomme, l’Ourthe, l’Amblève, la Vesdre et leurs affluents. Quant à la Haute Meuse et ses affluents, ainsi que l’Ourthe supérieure, elles ont été placées en pré-alerte de crue. Les seuils d’alerte pourraient être atteints pour l’Ourthe supérieure dans le courant de la nuit ou jeudi en début de journée.

Le numéro d’intervention 1722 a été activé lundi et le restera au moins jusqu’à vendredi. Ce numéro est destiné à recevoir des demandes d’aide à l’adresse des pompiers en raison de dégâts provoqués par les précipitations. Le numéro 112 est, lui, réservé aux situations où une vie est en danger.

Il est recommandé aux citoyens de fermer les robinets de gaz, eau et électricité, de placer les meubles à hauteur sûre, de veiller a ce que les objets placés dans le jardin ne puissent pas être emportés ou encore de prendre des photos des espaces inondés pour la constitution d’un dossier destiné aux assurances.

Il leur est par ailleurs demandé de limiter leurs déplacements et d’éviter les zones dangereuses. Outre les axes routiers impraticables, la circulation ferroviaire est fortement perturbée en provinces de Namur et de Liège. Dans cette dernière, le trafic est interrompu sur la ligne L37 (Liège-Welkenraedt) car des voies sont inondées entre Chênée et Olne. Le tunnel de Chaudfontaine est également sous eau. La circulation des trains est également interrompue sur la ligne L44, entre Pepinster et Spa. En province de Namur, les trains sont supprimés entre Dinant et Gendron-Celles sur la ligne L166 (Namur-Bertrix).

L’Institut royal météorologique avait mis en garde lundi contre les abondantes précipitations que connaîtrait la Belgique jusque jeudi, en raison d’un front très actif pratiquement stationnaire. Selon l’IRM, les averses devraient perdurer jusque jeudi soir, en particulier sur la moitié (sud-)est du pays. Les provinces de Namur et Luxembourg sont placées en vigilance orange, tandis que le code rouge est d’application en province de Liège.

Aussi en REGION LIEGEOISE