Louis Croenen: «La finale aux JO reste toujours l’objectif»

Louis Croenen: «La finale aux JO reste toujours l’objectif»
Belga

Il s’était dit, avant les séries, qu’il devrait sans doute battre son record de Belgique pour atteindre les demi-finales du 200 m papillon. Versé au couloir 1 de sa série où il a parfois eu l’impression de nager « seul », Louis Croenen n’a pas eu besoin d’aller aussi vite. En 1.55.78, à 39 centièmes de son meilleur temps d’il y a six ans déjà aux Mondiaux de Kazan, il a réussi le 14e chrono de ce premier tour qui qualifiait les 16 plus rapides et sera donc au poste ce mardi matin, à 11h35 (4h35 en Belgique) pour les demi-finales.

« Cela a été une course bizarre », reconnaît-il après avoir été récupéré pendant une bonne heure. « Je savais que ce serait serré. J’ai fait quelques fautes mais l’important est d’en être. »

Le Campinois peut-il rêver de rejoindre le dernier « huit » comme il l’avait fait il y a cinq ans à Rio ? A priori l’affaire semble compliquée tant le niveau de sa discipline a augmenté. Mais Ronald Gaastra, son entraîneur, est persuadé qu’il y a un coup à jouer.

« Le fait que les demi-finales et les finales se déroulent le matin peut changer la donne », assure le Néerlandais. « Beaucoup de nageurs sont moins performants à cette heure de la journée. On l’a vu lors des premiers jours. Les meilleurs sont hors d’atteinte, mais je pense que si Louis bat son record (1.55.39), il pourrait être très près du groupe des derniers qualifiés. »

Croenen a bien l’intention de battre son record mais il devra prendre des risques et être plus rapide dans sa première moitié de course… tout en évitant de se brûler car les derniers 50 mètres sont souvent les plus importants. « L’idéal serait qu’il nage plus « facile » en dépensant 1 % d’énergie en moins qu’en séries », explique Gaastra.

« La finale reste bien sûr un objectif, mais si je l’améliore et que je me retrouve 11e, je n’aurai rien à me reprocher », conclut Croenen qui, quand on lui demande s’il s’agira de la course la plus importante de sa carrière réplique que « la prochaine course est toujours la plus importante ! Celle de ce lundi était bonne, mais je sais que je peux mieux. »

Rendez-vous mardi matin pour le verdict.

Aussi en Jeux olympiques