Climat: l’industrie allemande se rue vers l’hydrogène

Climat: l’industrie allemande se rue vers l’hydrogène
Belga

Le gouvernement d’Angela Merkel a débloqué l’an dernier 9 milliards d’euros, dans le cadre de son plan de relance post-pandémie, pour développer l’hydrogène vert. Il permet de stocker et transporter de l’énergie issue de sources renouvelables, ce qui pourrait décarboner de nombreuses activités dans lesquelles l’Allemagne est en pointe.

En plus d’un an, 62 projets d’investissement ont été en effet approuvés par Berlin, pour un total de 33 milliards d’euros, dont 8 milliards d’argent public.

« C’est ainsi que nous favorisons l’emploi, la croissance et la protection du climat », s’est félicité Peter Altmaier, le ministre de l’Economie.

Le déploiement de l’hydrogène industriel au service de la transition énergétique est d’ailleurs l’un des sujets qui fait consensus entre les principaux candidats à la chancellerie.

Garantir l’approvisionnement

Car le temps presse pour l’Allemagne : le pays a récemment dû relever ses objectifs climatiques, et compte désormais atteindre la neutralité carbone en 2045, contre 2050 auparavant, après une décision de la Cour constitutionnelle critiquant le manque d’ambition des pouvoirs publics.

En dix ans, le développement des énergies renouvelables a été spectaculaire : leur part dans la production d’électricité a pour la première fois atteint 50 % en 2020, selon l’institut de recherche Fraunhofer, contre moins de 25 % en 2011.

Mais le pays se heurte au problème de l’intermittence de ces ressources, l’éolien dépendant du vent, et le solaire du climat, empêchant une stabilité de l’approvisionnement.

« L’hydrogène permettrait d’utiliser les énergies renouvelables de façon beaucoup plus efficiente », confirme à l’AFP Heinrich Klingenberg, expert référent pour la ville de Hambourg.

La cité portuaire a récemment annoncé pour 2025 un ambitieux « pôle européen de l’hydrogène », doté de l’un des plus gros électrolyseurs du monde, en lieu et place d’une ancienne centrale à charbon.

L’hydrogène brûle plus proprement que les carburants fossiles et ne libère que de la vapeur d’eau.

Besoins massifs

Siemens, Thyssenkrupp, Daimler. les géants industriels allemands rivalisent de projets consacrés à l’hydrogène, aidés par les financements publics allemands et européens. Mais les défis restent de taille.

Sans croissance exponentielle des énergies renouvelables, « on ne va pas avoir assez de capacité d’hydrogène vert » pour fournir l’ensemble de l’industrie, estime Lilly Höhn, experte pour le BDI, le lobby industriel allemand.

Et « pour que cela soit viable économiquement, il faudrait diviser par deux le prix actuel de l’hydrogène vert », admet Heinrich Klingenberg.

S’il n’est pas produit à partir de renouvelables mais issu d’énergies fossiles l’hydrogène est « gris » – c’est l’écrasante majorité de la production mondiale actuellement.

Or, selon un rapport du parlement allemand, le coût de l’hydrogène « vert » atteint en moyenne 16,5 centimes par kilowattheure en Europe, soit trois fois plus que le « gris », alors que le prix de l’électricité en Allemagne est déjà le plus élevé de l’UE.

« L’hydrogène vert (…) va rester une ressource rare et coûteuse », a résumé le conseil des experts du climat, un organe public dépendant du ministère de l’Environnement.

À court terme, l’Allemagne devra donc importer massivement l’hydrogène pour répondre à ses besoins. Le pays a prévu d’investir deux milliards d’euros dans des « partenariats » à l’étranger.

« Nous devons donc former rapidement des chaînes d’approvisionnement en hydrogène vert avec nos partenaires étrangers », a ainsi affirmé mercredi Anja Karliczek, ministre de la Recherche.

Berlin lorgne notamment sur l’Afrique du Nord, où le potentiel du solaire est considérable. Fin 2020, le gouvernement a débloqué 90 millions d’euros d’aides pour développer des installations au Maroc.

Mais pour de nombreux industriels, cela ne suffira pas : ils plaident pour développer l’hydrogène « bleu », notamment fabriqué à partir de gaz naturel, associé à une technologie de stockage du carbone.

Cette voie n’a pour le moment pas été retenue par le gouvernement, car l’impact de cette technologie sur le réchauffement climatique reste

Notre sélection vidéo
Aussi en Monde