Anderlecht lance la plateforme Dignity pour chasser les marchands de sommeil

Anderlecht lance la plateforme Dignity pour chasser les marchands de sommeil
EPA

La plateforme « Dignity » va permettre de coordonner les actions de différents services communaux, du CPAS d’Anderlecht et de la zone de police Bruxelles-Midi. Le but est de lutter conjointement contre le phénomène de logements insalubres et suroccupés.

Un SPOC (Single Point Of Contact) a été désigné. Son rôle est de transmettre l’alerte et de fixer le degré d’importance sur une adresse ciblée. Au moyen d’un outil de partage intelligent, un ensemble d’informations est transmis entre les différents partenaires impliqués, au niveau de la Commune, mais aussi de la Région et du parquet de Bruxelles.

Répertoire des habitants présentant des problèmes d’insalubrité

À travers la plateforme Dignity, il est question de répertorier des habitations présentant des problèmes d’insalubrité et de surpopulation, d’informer les locataires de leurs droits, mais aussi de poursuivre les propriétaires considérés comme des marchands de sommeil.

Ce projet a été développé à l’initiative du bourgmestre d’Anderlecht Fabrice Cumps et de l’échevin Alain Kestemont, en charge de l’Urbanisme ainsi que de la Prévention et de la lutte contre les marchands de sommeil, et avec le soutien du Collège.

La Commune estime dans son communiqué que « ces dernières années, l’accroissement de la population anderlechtoise et la demande grandissante en logement aggravent la situation de mal logement à Anderlecht ».

Notre sélection vidéo
Aussi en L'ACTU DE BRUXELLES