Des gardiens impliqués dans un trafic de drogue à la prison d’Andenne

Un trafic a été mis au jour à la prison d’Andenne.
Un trafic a été mis au jour à la prison d’Andenne. - V.L.

Le parquet de Namur a requis ce vendredi jusqu’à 4 ans de réclusion à l’encontre de 10 prévenus impliqués dans un trafic de drogue à l’intérieur de la prison d’Andenne, entre 2017 et 2019. Parmi les prévenus se trouvent six gardiens, deux visiteuses et des fournisseurs extérieurs à l’établissement.

Le trafic d’héroïne, de cannabis et de cocaïne a été dénoncé à la police au départ de la prison d’Andenne. De l’enquête, il est ressorti que l’une des gardiennes était en couple avec un détenu. Celui-ci tirait les ficelles du trafic et demandait à sa compagne de se procurer de la drogue, mais aussi des GSM et des cartes SIM. La gardienne faisait ensuite entrer la marchandise par l’intermédiaire de collègues qui dissimulaient la drogue dans des paquets de cigarettes, mais aussi via des personnes en visite. Il ressort également du dossier que plusieurs gardiens auraient consommé de la drogue dans l’enceinte de la prison, parfois en compagnie de détenus.

Jusqu’à 5.000 € de confiscation

Le substitut Servais a requis pour le détenu à l’origine du trafic une peine de 4 ans de prison. Trois ans ont été demandés pour quatre des gardiens et 1 an pour deux autres. Des peines de 6 mois et 1 an ont été exigées contre deux visiteuses, tandis que le ministère public réclame des peines de 3 ans de prison à l’encontre de deux dealers extérieurs à la prison. Une amende de 1.000 € est également réclamée pour chacun des prévenus. Des confiscations sont aussi demandées : 5.000 € pour quatre des prévenus et 3.000 € pour trois d’entre eux.

Les conseils des prévenus ont tous réfuté l’existence d’une association de malfaiteurs. Celui de la gardienne qui a fourni de la drogue à son compagnon incarcéré a plaidé une suspension probatoire du prononcé de la condamnation pour ce qui excède la détention préventive de quatre mois déjà effectuée, alors que la suspension simple du prononcé est plaidée pour un gardien et une des visiteuses de prison.

Les plaidoiries se poursuivront le 29 octobre.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Namur (prov. de Namur)Andenne (prov. de Namur)
Notre sélection vidéo
Aussi en Faits divers