3 ans après les élections, voici le bilan à mi-mandat de nos communes à Mons-Borinage

3 ans après les élections, voici le bilan à mi-mandat de nos communes à Mons-Borinage
D.R.

Voici trois ans, les citoyens de Mons-Borinage se réunissaient aux urnes pour voter pour leur politique favori. Pour cette mi-mandature, nous avons fait le point avec chaque bourgmestre sur les projets entamés, abandonnés et en cours. On vous a fait un récapitulatif :

1. Mons

Selon le bourgmestre de Mons (PS), Nicolas Martin, le collège est à 80 % du programme annoncé en 2018. Plusieurs thèmes ont été abordés, notamment le quartier de la gare ou la géothermie. Gros point noir : les rapports avec l’opposition, Mons en Mieux, qui n’hésite pas à parler des « péchés capitaux PS-Ecolo ».

> Notre dossier complet à retrouver ici

2. Honnelles

En trois ans et avec un nouveau bourgmestre, les Honnelles se disent « passées en mode 2.0 ». Le nouveau collège communal mise tout sur la modernisation. L’opposition, portée par l’ancien bourgmestre Bernard Paget, craint « un exode massif des élèves ».

> Notre dossier complet à retrouver ici

3. Quévy

La bourgmestre Florence Lecompte (PS) fait le point sur ces trois premières années où la bétonisation de l’entité est au cœur des préoccupations. À noter également, le gros changement dans le collège communal puisque l’échevine des travaux et de la mobilité Muriel Cochez (MR) a démissionné. Du côté de l’opposition, on rappelle que, même si elles sont meilleures, les finances sont encore fragiles.

> Voici notre dossier complet

4. Boussu

Nouvelle école, réaménagement du centre d’Hornu, piscine de Boussu, festivités en grande pompe… : à Boussu, les thèmes et les débats sont nombreux. Agora, la principale force d’opposition, tire un bilan plus que contrasté de la première partie de la mandature… Le bourgmestre en profite pour annoncer que ce mandat est le dernier pour lui.

> Voici nos flops et nos tops ainsi que notre analyse

5. Frameries

Depuis son installation, la coalition PS-MR de Frameries traîne le boulet Clarebout. « Le dossier Clarebout nous a fait prendre conscience que le développement économique ne permet pas de faire l’impasse sur l’environnement et la qualité de vie », commente le bourgmestre. À côté de cela, on retrouve tout de même plusieurs gros dossiers importants pour la commune.

> Notre dossier à retrouver ici

6. Hensies

Sécurité routière, mobilité, sport… : le collège communal hensitois avait annoncé plusieurs projets au début de la mandature. Si certains gros changements ont eu lieu, certains points sont encore à travailler dans cette commune où l’opposition peine à exister.

> Nos tops et nos flops à mi-mandat

7. Colfontaine

Lucien D’Antonio, bourgmestre de Colfontaine, évoque son bilan à la mi-mandature. L’hôtel de ville, le centre culturel près de la maison du peuple de Pâturages… Certains chantiers ont eu du retard avec le Covid. Du côté de l’opposition, on ne pointe pas le même problème : « On a perdu 3 ans suite à l’inactivité du collège… », dénonce le groupe C.Plus.

> Notre dossier complet ici

8. Lens

Après trois années de retour au pouvoir, Isabelle Galant fait le point à mi-mandat sur les projets effectués, en cours ou abandonnés. Pour l’opposition, la nouvelle majorité oublie un point important : l’ambiance de travail au sein de la commune.

> L’analyse de ces trois premières années dans notre dossier

9. Quaregnon

En 3 ans, les choses ont bien changé à Quaregnon. La majorité PS reste absolue mais comme annoncé lors de son élection en 2018, Jean-Pierre Lepine a laissé sa place à Damien Jenart, premier échevin devenu bourgmestre depuis le 29 avril 2021. La priorité est mise sur la cité administrative. « Trop de déménagements », estime l’opposition. D’autres projets sont également en cours.

> Voici les tops et les flops pour cette nouvelle mandature

10. Saint-Ghislain

Cela fait déjà 3 ans que la majorité absolue PS s’est alliée au MR à Saint-Ghislain, laissant le groupe Osons dans l’opposition. Si de gros dossiers se sont réalisés (rond-point de la sortie de l’autoroute, logements sociaux rénovés, etc), d’autres ont été mis de côté comme la rénovation de la place de Tertre. L’opposition saint-ghislainoise Osons ne fait aucune concession et tire véritablement à boulets rouges sur la majorité.

> L’analyse complète de ces trois premières années dans notre dossier

11. Quiévrain

Après 9 années à la tête de la commune, la bourgmestre Véronique Damée tire le bilan à la moitié de son deuxième mandat. Elle évoque aussi les dossiers épineux du zoning et de la gare, ainsi que les couacs dans cette commune de 6.500 habitants. Du côté de l’opposition, Jean-Pierre Landrain, chef de file PS, regrette le revenu médian au plus bas dans la commune, le taux de chômage élevé et le faible pourcentage de personnes diplômées de l’enseignement supérieur.

> Tous les détails de notre dossier à retrouver ici

12. Dour

Entre le centre-ville transformé et les villages rénovés, la commune de Dour a vu de gros changements ces trois dernières années. « La facture finale est payée par le citoyen dourois… » : Joris Durigneux (PS), chef de file de l’opposition, pointe du doigt les gros projets phares de la mandature.

> Notre dossier complet sur Dour

13. Jurbise

En trois ans, le collège jurbisien a mis en place une grosse partie de son programme : rénovation des écoles, sécurité routière et des personnes via l’important investissement en caméras, etc. Du côté de l’opposition, on regrette « le tout au béton », dénonce Alternative Citoyenne. On fait le point sur ces trois années teintées par la crise sanitaire.

> Notre dossier complet à retrouver ici

Notre sélection vidéo
Aussi en L'ACTU DE MONS-BORINAGE