Bruxelles: les Plaisirs d’Hiver, inaugurés ce vendredi, résistent au covid

Les Fondus de la Raclette sont contents.
Les Fondus de la Raclette sont contents. - Théa Jacquet

Sur fond de chants de Noël, les chalets des Plaisirs d’Hiver ont ouvert leurs portes et ce, jusqu’au 2 janvier prochain, sauf nouvel ordre. Les premiers visiteurs à fouler le traditionnel tapis rouge se sont montrés timides face au temps pluvieux de cette première journée. Covid oblige, le « marché de Noël » a dû revoir son organisation. Masque, CST obligatoire pour les gourmands et amoureux de sensations, sens de circulation, et périmètre élargi jusqu’au Bois de la Cambre afin de gérer le plus possible l’affluence. Aux côtés des classiques sapins de Noël, crèche, lumières et grande roue, des affiches rappelant les mesures et des bornes de gel désinfectant sont déployées tout au long du parcours.

Place aux plaisirs

Après quatre ans d’attente, le restaurant bruxellois « Les Fondus de la Raclette » expose pour la première fois aux Plaisirs d’Hiver et ne sentira donc pas de différence avec les anciennes éditions. Pour autant, Thomas ne comprend pas les mesures choisies. Le bracelet nécessaire pour pouvoir manger et boire est une condition extrême, selon l’exposant. Toujours est-il que l’établissement est heureux de participer à cette édition. Et pour affronter les conditions météorologiques, le secret est de « commencer le vin avant les clients », sourit Thomas.

Présente depuis les débuts des Plaisirs d’Hiver, à savoir 2002, la friture « Délicatesses Vandonghen » ne se voyait pas manquer l’appel cette année. « On a eu peur jusqu’à hier soir de voir le marché annulé, mais c’est que du positif », se rassure Fabienne. Pour la responsable du stand de croustillons et de gaufres, l’instauration du bracelet en guise de laissez-passer n’est pas si grave, même si « ce sera sûrement difficile à gérer les premiers jours ». L’habituée se veut également compréhensive quant à ce début quelque peu timide, comparé aux autres années. Avec le télétravail, c’est toute une partie des clients de l’heure de midi qui est absente. En dépit du temps pluvieux, l’équipe se languit de retrouver les plaisirs de l’événement.

Délicatesses Vandonghen, présents depuis les débuts du marché.
Délicatesses Vandonghen, présents depuis les débuts du marché. - Théa Jacquet

Au cabinet de l’échevinat des Affaires économiques de la Ville de Bruxelles, l’heure est au soulagement quant au maintien des Plaisirs d’Hiver. « Il y avait de grandes attentes de la part des différents acteurs. On parle de retombées économiques importantes pour l’ensemble de la dynamique économique de la Ville », affirme Fabian Maingain (DéFI). Une nouvelle rassurante donc, mais l’élu amarante compte toutefois sur la bonne volonté des citoyens pour respecter les consignes sanitaires. Faute de quoi, l’événement pourrait se voir annulé le 15 du mois prochain, lors de la réévaluation de la situation épidémiologique. Voire même avant, met en garde l’échevin, au vu de la vitesse à laquelle un Codeco peut être organisé en regard des contaminations.

Théa Jacquet

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Bruxelles (Bruxelles-Capitale)
Notre sélection vidéo
Aussi en L'ACTU DE BRUXELLES