La Coalition belge contre les armes nucléaires appelle la Belgique à agir

La Coalition belge contre les armes nucléaires appelle la Belgique à agir
Isopix

Dans cette note politique, la Coalition belge contre les armes nucléaires formule un certain nombre de recommandations politiques pour restaurer la crédibilité du pays et jouer un rôle de premier plan dans le désarmement nucléaire international. «Notre pays doit être ouvert et plus constructif envers le TIAN, afin de pouvoir y adhérer à terme. Il est également nécessaire que les bombes nucléaires soient retirées du territoire belge, afin que notre pays respecte enfin ses engagements et ne soit plus une cible nucléaire prioritaire ou exposé à des risques d’accidents. Les députés peuvent montrer la voie en exigeant un débat sérieux et transparent sur les armes nucléaires, et en participant à la réunion parlementaire internationale qui aura lieu à Vienne un jour avant le début de la MSP», insiste l’organisation.

Le TIAN est entré en vigueur le 22 janvier 2021. Cinquante-neuf États l’ont désormais ratifié. Lors de la première réunion des États parties (MSP) qui se tiendra à Vienne, fin mars, les parties discuteront de la poursuite de la mise en œuvre du Traité. Celui-ci prévoit que les pays non signataires peuvent participer en tant qu’observateurs.

Le gouvernement belge refuse catégoriquement d’accorder son intérêt au Traité, regrette l’organisation. Cinq États membres de l’Union européenne (UE) - Chypre, Irlande, Malte, Autriche et Suède - ont signé le TIAN. Trois autres États membres de l’UE - Allemagne, Finlande et Suède - ont annoncé leur intention de participer en tant qu’observateurs. L’Allemagne et la Norvège étant les premiers États membres de l’Otan à le faire.

L’organisation rappelle l’importance du désarmement nucléaire alors que les tensions internationales sont à leur paroxysme entre l’Occident et la Russie en raison de la crise ukrainienne. Plus de 13.000 armes nucléaires sont toujours déployées dans le monde, souligne la coalition.

«Si le gouvernement prend au sérieux son propre accord au sujet du désarmement nucléaire et de la diplomatie multilatérale, il serait logique que notre pays assiste à la réunion de Vienne (22-24 mars) en tant qu’observateur», conclut la coalition.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en Belgique