Nethys: ne pas confondre «mains invisibles» et problèmes internes au PS liégeois

Editorial
Nethys: ne pas confondre «mains invisibles» et problèmes internes au PS liégeois

Depuis la reprise en main de Nethys par la nouvelle équipe emmenée par le tandem Witmeur-Levaux, le CA du groupe industriel liégeois a gagné en sérénité et en efficacité. Le tout en travaillant main dans la main avec Enodia, sa maison-mère, et avec l’aval du gouvernement wallon ainsi que des présidences nationales des partis politiques. Que demander de mieux, in fine? Que le PS liégeois joue, lui aussi, le jeu pardi! Or, c’est précisément là que le bât blesse. Si Frédéric Daerden tente depuis sa prise de fonction à la présidence de la Fédé de trouver un subtil équilibre entre la position du PS national et les velléités plus «autonomistes» de la frange Marcourt et Cie, on sent quand même qu’au sein des socialistes liégeois, on veut garder une influence sur l’outil.

Seulement voilà, lors du dernier CA de Nethys, la pilule était amère pour Julie Fernandez Fernandez, finalement écartée du jury chargé de trouver un nouveau CEO au groupe, Renaud Witmeur partant à la tête des hôpitaux bruxellois. En effet, comme l’ont révélé nos confrères du Soir, elle a été écartée dudit jury, «sur demande de la présidence du PS liégeois». Peut-on pour autant parler du «retour des mains invisibles», comme au (pire) temps du «Nethys d’avant»? Ce serait là franchir un pas que nous ne ferons pas. Ce serait caricaturer une situation – certes interpellante mais ponctuelle – par rapport à tout le travail de transformation du groupe, de sa gouvernance et de sa transparence.

Car s’il faut évidemment qu’un conseil d’administration décide en son âme et conscience, il est normal et cohérent, quand il s’agit d’une structure publique, de consulter les responsables politiques ad hoc. Imaginerait-on le CA de bpost désigner son CEO sans jamais appeler les ministres de tutelles? Soyons sérieux, cela n’existe pas, nulle part.

Dans le cas présent, il ne faut donc pas confondre les « mains invisibles » avec les problèmes internes du PS liégeois, où des conflits de personnes restent latents.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Marcourt (c.f. Rendeux)Rendeux (prov. de Luxembourg)

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en REGION LIEGEOISE