Les tests rapides peuvent être utilisés pour détecter les variants du coronavirus

Les tests rapides peuvent être utilisés pour détecter les variants du coronavirus

Les chercheurs de l’Institut Rega ont utilisé plusieurs marques de tests rapides pour mener leurs recherches. Les tests ont été conservés à température ambiante tout le temps, certains même pendant trois mois, et ce, toujours dans un environnement lumineux.

À partir de ces divers tests rapides, suffisamment de particules virales ont encore pu être extraites pour détecter le bon variant du coronavirus. Dans certains cas, le génome entier a également pu être déterminé.

«Nous ne nous attendions pas à cela», explique Elke Wollants. «À l’exception d’un article, que nous n’avons trouvé qu’après nos recherches, c’est la première fois qu’une étude similaire est réalisée.»

Selon la responsable de laboratoire, la seule raison avancée pour continuer à travailler avec les tests PCR était le fait qu’ils pouvaient détecter les différentes variantes. «Les tests rapides semblent également pouvoir le faire. C’est une étape logique pour se détourner des tests PCR beaucoup plus chers», précise Elke Wollants, qui estime que cette découverte «change la donne». Dans les hôpitaux, les PCR pourraient cependant encore être utiles.

L’équipe de l’Institut Rega recherche et développe actuellement le test rapide «idéal». «Le tampon sur lequel le virus est placé joue aussi un rôle», indique-t-elle également.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Louvain (Brabant flamand)

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en Belgique