Le «Fan Day» du Sporting de Charleroi de ce samedi doit rester une fête

Le dernier Fan Day remonte à juillet 2019.
Le dernier Fan Day remonte à juillet 2019. - Belga/Virginie Lefour

Après trois ans passés loin l’un de l’autre en dehors des matches à cause de la crise sanitaire, le Sporting de Charleroi et son public vont se retrouver ce samedi 24 septembre à l’occasion du Fan Day, déplacé de deux mois par rapport à ce qui se faisait par le passé. « L’idée était que les gens ne soient pas en vacances comme c’est forcément le cas en juillet, mais aussi que ceux qui veulent faire dédicacer leur maillot par un joueur aient la certitude d’avoir le bon maillot et qu’il ne soit pas signé par un joueur qui quitterait le club durant la suite du mercato », explique Jean-Yves Hocq, le président du « 12e Homme », l’ancienne Amicale des supporters, qui regroupe tous les différents groupes de fans et s’occupe d’organiser la journée en compagnie du Sporting. Le petit bémol de cette nouvelle date est que certains joueurs seront pris par leurs obligations internationales et donc absents, ce dont chacun était conscient au moment de choisir la date, y compris dans le clan des supporters.

Malgré le récent 0/6 à OHL et contre Westerlo, le Sporting et le « 12e Homme » espèrent que cette journée se déroulera dans la sérénité. « On espère que la journée se passera dans une ambiance chaleureuse. On est ravi d’accueillir et de remercier nos supporters du soutien dont ils font preuve tout au long de la saison. Et ce sera aussi l’occasion d’échanger des points de vue puisque chacun a forcément un avis sur ce qui se passe », explique Walter Chardon, le directeur commercial du Sporting, qui espère aussi que la météo sera du côté des Zèbres, ce qui est forcément moins acquis fin septembre que fin juillet. « Cette journée doit rester une fête pour les supporters. Les résultats, ils reviendront de toute façon à un moment », plaide Jean-Yves Hocq. Et d’insister : « Si on bat Anderlecht et le Standard lors des deux prochains matches, les gens seront de nouveau contents, mais s’ils ne sont pas venus au Fan Day, ce sera trop tard. »

Visite du stade

Et le président du « 12e Homme » de rappeler que les clubs de supporters « ont besoin d’argent pour pouvoir subvenir à leurs besoins que ce soit pour organiser des déplacements ou des animations en tribunes » dans les semaines et mois à venir et que cette journée sert aussi à ça. « Qu’il y ait Mehdi Bayat ou pas, ça ne doit rien changer. On espère que les quelques contestataires ne prendront pas cette journée en otage pour passer leur message. »

L’idée est en effet avant tout de passer une journée familiale et de voir le club sous un autre jour. Ainsi, outre le traditionnelle présentation des joueurs et des joueuses puisque les dames seront présentes également avant d’affronter Anderlecht en Coupe de Belgique, de nombreuses animations seront possibles, que ce soit auprès des groupes de supporters ou des partenaires du club. Parmi ces activités et animations, il y aura la possibilité de visiter le stade comme ce n’est jamais possible de le faire. Ainsi, après s’être inscrit auprès du « 12e Homme », il sera possible d’aller dans les vestiaires de l’équipe et de rentrer sur le terrain de la même façon que les joueurs, via le tunnel menant à la pelouse. Le chantier entamé le week-end dernier visant à redécorer la T3 sera ouvert au public. « Et sous la direction des gars qui seront en train de réaliser leurs graphes, il sera même probablement possible de participer en prenant une bombe quelques instants », explique encore Jean-Yves Hocq.

Tout sera mis en place pour que la journée soit belle. À charge à chacun d’y contribuer pour que la fête soit au rendez-vous.

Programme

Date : samedi 24 septembre.

Lieu : stade du Pays de Charleroi.

Horaire : de 10h à 18h.

Présentations des équipes : équipe féminine à 10h45, équipes masculines (A et U23) vers 11h, équipe de cécifoot ensuite.

Dédicaces : après la présentation des joueurs et jusqu’à 14h, ces derniers seront répartis dans les différents stands pour signer des autographes

Visite du stade : à 10h30 puis de 12h à 17h. Gratuit, mais inscription obligatoire sur place le samedi au stand du « 12e Homme ».

Animations et restauration.

Invité d’honneur : Le don de sang.

Recyclage : en partenariat avec Proximus, le Sporting recycle les vieux téléphones. Pour chaque appareil rapporté, dix euros seront offerts sous diverses formes.

«On s’occupe des tribunes, pas du jeu»

Le chantier sera ouvert ce samedi.
Le chantier sera ouvert ce samedi. - DR

Depuis juin dernier, l’Amicale des clubs de supporters a laissé sa place au « 12e Homme ». Alors qu’Amaury Otoul, l’ancien président de l’Amicale, a fait un pas de côté, il a été remplacé par Jean-Yves Hocq. « On m’a sondé et j’ai décidé d’accepter le rôle », confie-t-il. « Mon idée est vraiment de redynamiser tout ce qui se passe en tribune. Sur 6.000 personnes qui viennent au stade au Sporting, la moitié n’est pas dans un club de supporters. Le but, c’est d’arriver à ce que ces 3.000 supporters s’intéressent à ce qu’on fait pour avoir une grande famille de supporters. »

C’est d’ailleurs cette volonté qui a provoqué le changement de nom pour avoir un groupe au sein duquel tout le monde va « dans le même sens ». « Je sais que je ne vais pas avoir d’impact sur le jeu, le sportif ou les transferts, mais il y a par contre pas mal de choses liées aux tribunes sur lesquelles je peux insuffler mon énergie positive », poursuit celui qui vient au Sporting depuis 35 ans et a « vécu toutes les crises du Sporting ».

Alors que le « Collectif » a également été créé sous l’égide d’Olivier Simons avec la volonté d’avoir une concertation ente le club et ses supporters, le « 12e Homme » peut travailler sur d’autres aspects de la vie des fans, comme par exemple l’organisation des déplacements en cars. « Là où chaque groupe de supporters partait de son côté dans le passé, on essaie de partir en convoi et de regrouper différents groupes ensemble si certains ne remplissent pas un car tout seul. Cela permet à chacun de se retrouver ensemble. Avant, c’était quasiment inenvisageable et maintenant, c’est possible. D’ailleurs, après le premier déplacement de la saison à l’Union, des gens sont venus me remercier d’avoir rendu ça faisable et que tout se soit bien passé. J’en étais très heureux », poursuit Jean-Yves Hocq, qui veut mettre en avant le travail de l’ensemble des gens qui œuvrent dans cette direction.

Il sait par contre qu’il devra – au Fan Day comme durant la saison – faire avec des avis divergents. « Moi, je veux qu’on s’amuse en tribunes, que, peu importe le résultat, les gens viennent au stade et aient envie de revenir parce qu’ils ont passé un bon moment. Malheureusement, râler est devenu un sport national. Les gens regardent trop City et oublient qu’on est à Charleroi. De plus en plus de gens ne regardent même plus les matches, mais ont un avis négatif. Tout n’est pas rose sur le terrain, mais ce que je vois, c’est qu’en tribunes, contre Bruges, à Zulte, c’était la folie… »

Parmi les premières activités organisées par le « 12e Homme », la T3 est redécorée via des graphes et des équipes U17 de la région sont invitées à chaque match à domicile. « C’est à cet âge-là qu’on devient supporter. Et si on le devient, on n’en change plus. » La première expérience s’est déroulée contre Westerlo et a été un succès malgré le résultat. Chacun espère que ça permettra d’attirer de nouveaux supporters sur le long terme et ainsi rendre aux tribunes zébrées leur lustre d’antan.

B. H.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Belgique

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Tout le foot amateur et chez les jeunes

Aussi en Sporting Charleroi